A Poem by Jack Cendres

Jack Cendres

 Un bizarre adieu

 

Voilà ce que jack a dit :

« Tu ne chantes pas  bien,

Tu es moche.

Tu es laide.

Ton sourire  me fait chier ! »

Voilà ce que jack a dit dans son délire

Apres quarante ans de mariage

alors qu’il allait mourir :

« Tu es laide.

Ta peau  est  sèche et froide , teinte de  couleurs

D’un automne  mort  qui n’annoncerait pas  de printemps. »

Voilà ce que Jack a dit après quarante ans de mariage !

« Tu n’es pas un tableau toi-même, a cinquante-cinq, cinquante-neuf ou soixante,

parce que  la d’où tu venais ;

Les  frontières de la première  guerre mondiale

On ne tenait pas de records

Des juifs qui se déguisaient  en chrétiens  des des milliers d’années après Jésus

Lui-même a peut-être fait la paix avec Judas des jours apres,

L’église avait peut-être peur, »

J’ai voulu dire

J’ai aussi voulu dire

«  Un  demi-siècle de cigarettes

a terni ta carcasse ;

Je ne te touche plus ;

Je ne touche plus ton visage ;

Chaque fois je le fais,

J’en emporte une poigne de cendres. »

L’homme délirant m’ a dit :

« Tu ne chantes pas bien.

Tu es moche.

Tu es laide.

Tu me fais chier ! »

Alors qu’à peine le reconnais-je

Ses lèvres  sèches  et bleues,

Ses yeux sans couleurs,

Un Skeleton  robot :

Des tubes qui branchaient de chaque cote,

Des lignes qui bourgeonnaient,

Du dos  des mains, armes et pieds,

J’avais peur de le toucher

J’avais peur qu’il se briserait

Dans mes mains une pièce de glace qui me couperait,

Sa voie bleuâtre et persistante  me perçait ;

« Tu ne chantes pas bien.

Tu es moche,

Laide et froide. »

J’ai jeté un  regard pénétratif

A l’homme endigué dans cette barricade  de lignes entrelacées

Entourés de pôles ; de sacs qui drainaient purulence de toutes les couleurs

Je me suis  sentie redevenir petite fille qui prenait refuge  dans le grand arbre

Enviante du Caméléon qui  prend  la couleur de sa main et l’arbre

“ Tu ne chantes pas bien ! »  Répétait Jack.

« Tu es moche ! » Répétait Jack.

« Tu es Laide. » Répétait Jack.

« Tu  me fais chier ! » Répétait Jack dans son lit  de mort

et a soudainement  tendu une main sèche

une main froide ; une main moche

une main qui puait la mort

Il voulait partir seule

Pour recourir les jupons seul

Mais il ne voulait surtout pas me faire et se faire la peine.

 

A French poem by Jack Cendres

 

A weird way to bid farewell

Jack said: ” You  don’t sing well,

you are ugly,

you are are cold,

your smile makes me queazy”

This is what hallucinating Jack said

after forty year of marriage

” you are ugly,” Jack said in his death-bed.

” your skin is cold, desiccated and discolored;

painted in colors of a dead autumn  that announces no springs”

This is what hallucinating Jack said

after forty years of marriage

while in his death-bed.

” you are not a heaven breeze yourself,” I wanted to respond.

” in your fifties or is it sixties?

cause where you come from:

the borders of the first world war

the church did not take record of jews who disguised themselves in Christians

five thousand years later when Jesus himself  was believed to have made piece with Judas a few days later.

It is possible the Church was  afraid”

I wanted to also add

” a half century of smoking tarnished your carcass,

I no longer touch you,

I no longer touch your face,

each time I do,

a fistful of ashes garnishes my hand.”

the hallucinating man told me in his death-bed :

” you are ugly,

you are cold ,

you are crap!”

While I barely recognized him

dry blue cracked lips,

colorless eyes

a  robot-like skleton

tubes branching out of his  body,

lines burgeoning of  the dorsum of his hands, arms and legs.

I was scared to touch him lest he breaks in my hand

shards of  cutting ice.

His bluish voice persistently pierced me:

” you don’t sing well,

you are ugly,

you are cold.”

I threw  a penetrating look at  the man diked in a barricade of intertwined lines

surrounded by poles and  bags that drain purulence in multicolor,

i felt i became the little girl I once was,

i retreated in the big tree,

envied the chameleon perched on my hand

who took the color of my hand and the tree’s.

” you don’t sing well,” repeated Jack.

” You are ugly, ” repeated Jack.

” You are Crap,” repeated Jack.

and extended  a dry hand

An ugly and cold

that reeked of death,

he wanted to leave alone the womanizer he was,

so he could chase’em girls in many skirts

Above all, he  didn’t want us both  feel the pain.

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements

2 thoughts on “A Poem by Jack Cendres

Leave a Comment

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s